GÎTES DES COLLINES

Station Thermale Camoins les Bains

Utilité du Thermalisme, une efficacité reconnue

La médecine thermale est très efficace sur de nombreuses pathologies, telles que les pathologies respiratoires, rhumatologiques, dermatologiques, digest
ives…
Bien qu’elle complète souvent un traitement classique, elle peut également être une alternative à la prise de médicament et de traitement chirurgical.

Les 550 000 patients qui suivent une cure thermale chaque année ainsi que les milliers de médecins qui la leur prescrivent, témoignent des bienfaits du thermalisme.

La plupart du temps, une cure de 18 jours suffit pour que les effets bénéfiques du traitement thermal s’exercent au mieux ; il est cependant recommandé de faire le traitement 3 années de suite.
Cette efficacité est scientifiquement prouvée par des études qui tendent à mieux cerner l’efficacité du thermalisme.

 

Pour rentrer plus dans les détails : 

 

C'est sûrement la station de thermalisme la moins connue de France. L'endroit était pourtantconnu  depuis l'Antiquité pour ses sources, mais elles ne furent guère exploitées. C'est au XIXème que différents propriétaires tenteront d'installer la première station avec baignoires. Puis viendra     l'installation d'un pavillon des boues, vers 1811, année où le roi d'Espagne Charles IV, déchu et en exil à Marseille, viendra prendre les eaux de Camoins pour soigner sa goutte et ses rhumatismes, et où l'administration du département s'y intéresse, en la faisant boire dans les hôpitaux de Marseille aux personnes atteintes de maladie de peau. Elle était vendue en pot d'un demi-litre dans les pharmacies, pour la somme de 4 sous.


 En 1839, le chevalier Alphonse Louis Joseph d'Heureux, commissaire de la Marine, nouveau propriétaire y installe une maison de santé et prend pour enseigne: "Les Bains impériaux des Camoins", il y installe un pavillon des boues. Il a transformé le vieux château en hôtel restaurant à    l'enseigne de "Hôtel de Cambrai", entouré d'un grand parc arboré et de plans d'eau ou s'ébattent, cygnes et canards et fait restaurer la chapelle qui est rendu au culte par Monseigneur Eugène de Mazenod. En 1847, Lamartine et son épouse viennent prendre les eaux.

En 1860, Napoléon III, qui se trouve à Marseille pour inaugurer le Palais de la Bourse, crée l'année d'après, une commission chargée d'analyser les eaux de Camoins. Les résultats l'amènent à signer le décret du 17 novembre 1862, reconnaissant cette source d'utilité publique. La station devient connue. Elle est reliée par un omnibus qui fait la navette entre la gare Saint-Charles

La Première Guerre mondiale éclatant, l'établissement est réquisitionné et se transforme en hôpital militaire. En 1926, M. Duplessis revend l'établissement à Monsieur Colgate qui fera remplacer l'hôtel de Cambrai par un Grand Hôtel de luxe de 50 chambres. C'est dans cet hôtel que logeront les équipes cinématographiques de Marcel Pagnol, venues filmer les collines que le maître affectionne. Dans La fille du puisatier, on peut voir des vues du parc.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les lieux redeviennent hôpital militaire, puis par les Allemands qui y installent également un quartier général de la Wehrmacht. Puis les Américains y installent leur soutien logistique jusqu'à la fin des hostilités.

Mais le véritable essor viendra après la Seconde Guerre mondiale. C'est Monsieur Rambaudy qui en1947 avec son gendre M. Masse rouvrent la station thermale. Il faut faire de gros travaux. Les nouveaux propriétaires établissent une navette de cars, reliant le centre de Marseille à la station, revisitent les salles de repos, les installations ainsi que le parc. La recherche médicale ayant fait de grands progrès, des perfectionnements sont apportés aux installations existantes et d'autres mises en place (salle de brouillard collectif, piscine avec eau chaude)

La station thermale est la propriété aujourd'hui de la Société SOCOMA, qui a entièrement rénové l'établissement, dont la gestion revient à la Société Nouvelle des thermes de Camoins-les-Bains. La ville de Marseille a adhéré par délibération du Conseil Municipal en date du 30 juin 2008 à l'Association des Villes thermales. Elle totalisait la même année 61 000 journées de curistes soit 311 000 soins. Elle est ouverte du 1er mars au 4 décembre.

Propriété de l'eau

Elle jaillit en abondance à 14° sans jamais tarir, d'un repli de terrain, au fond duquel coule la Campourière (Carponière). Elle se charge en sulfate de calcium, sulfure et barégine en descendant du Massif de Ruissatel où elle traverse de très anciennes roches calcaires. Son débit est de 350 mètres3 / jour.

Le soufre est l'élément thérapeutique majeur. L'eau a une action antiseptique; anti-allergique; cicatrisante sur les muqueuses des voies respiratoires dont elle renforce les défenses immunitaires; antalgique et anti-inflammatoire. Elle agit dans les cas de rhumatisme, rhinites, séquelles de traumatisme, affections des voies respiratoires. Le centre thermal offre des soins par bains, massages, douches au jet, inhalation, gargarisme.